La validation des acquis de l’expérience au centre de l’évolution professionnelle

Conseils - Article - Jeudi, 20 Décembre - 10:43

Obtenir une VAE est un véritable moyen pour des salariés d’évoluer au sein de leur entreprise, mais aussi de se présenter à des concours. La validation des acquis de l’expérience est donc un dispositif de la formation professionnelle qu’il ne faut pas négliger. Entreprendre une telle démarche demande de l’investissement, mais aussi de bien s’informer afin de ne pas se perdre dans les étapes administratives et de bien préparer son dossier. La VAE permet d’obtenir de façon totale ou partielle un diplôme ou un certificat de qualification professionnelle. Pour cela, le candidat doit remplir un dossier le plus complet possible relatant son expérience professionnelle et ses compétences. Un jury composé de salariés comme de chefs d’entreprise examine ce dossier avant de rendre un verdict.

 

 

A qui s’adresse la VAE ?

  

La particularité de ce dispositif est qu’il est à la disposition de tous : salariés (qu’ils soient en CDD ou en CDI) comme non-salariés, mais aussi demandeurs d’emploi. Tous les profils sont acceptés, une seule condition est impérative : avoir exercé pendant au minimum 3 ans une activité en rapport direct avec le diplôme que souhaite obtenir le candidat.

 

Quel diplôme choisir ?

 

Avant toute chose, le demandeur doit identifier le diplôme qu’il vise. Pour aider les demandeurs, il existe des points relais conseil (PRC), ces centres sont spécialisés dans le conseil quant à un projet professionnel, ils orientent également vers l’organisme qui délivre les diplômes les plus adaptés au projet professionnel visé.

 

Trois types de diplômes peuvent être délivrés grâce au VAE :

 

Peu importe le diplôme, il doit impérativement figurer au Répertoire national des qualifications professionnelles (RNCP).

 

 

 Accéder au site Formation Professionnelle Paris

 

Quand entreprendre sa VAE

 

Une fois que le choix est fait, le demandeur doit réfléchir aux conditions dans lesquelles il souhaite entreprendre son VAE, plusieurs options s’offrent à lui :

  • La VAE peut s’effectuer à l’initiative de l’employeur dans le cadre d’un plan de formation
  • Effectuer son VAE, lors de son DIF (Droit individuel à la formation)
  • Le demandeur peut aussi être à l’initiative de la VAE, dans le cadre d’un congé de VAE

 

Dans le dernier cas, le demandeur doit faire une démarche de prise en charge financière auprès de       l’Opacif de son employeur. Ce congé dure au maximum 24 heures, il permet au demandeur de se préparer à passer devant le jury et à passer des épreuves si nécessaire. Pour pouvoir prendre ce congé, il est impératif de recevoir l'accord de son employeur. En théorie ce dernier ne peut pas refuser une demande de congé pour la VAE, toutefois, il peut le reporter.

 

Obtenir la validation de sa candidature

 

Avant de s’attaquer au dossier, le candidat doit remplir un livret de recevabilité. Il se présente sous la forme d’un CV extrêmement détaillé. Le but est de rappeler la formation suivie, les postes occupé, les responsabilités. Au livret de recevabilité s’ajoute souvent une lettre de motivation, mais aussi des attestations et recommandations d’employeurs.

 

Constituer son dossier

 

Une fois terminé, le dossier doit contenir tous les documents pouvant faire preuve que le candidat a acquis de l’expérience au cours de son activité professionnel et pendant combien de temps. Le candidat doit pouvoir décrire ses actions passées et le contexte dans lequel il a travaillé.

 

Le passage devant un jury

 

Le passage devant le jury de la VAE est l’ultime passage. L’oral dure en général une heure, il permet aux jurés (salariés et employeurs) de poser des questions au candidat, ainsi il lui est demandé de préciser son parcours ou certaines de ses expériences. Bien que cette étape puisse paraître intimidante, de nombreuses personnes ont témoigné de la bienveillance des jurés. Il peut être très utile de répéter chez soi avant de passer devant le jury. Après ce passage, le candidat doit attendre le verdict des jurés qui ont trois options :

 

  • Donner une validation totale
  • Donner une validation partielle, le candidat dispose de 5 ans pour entreprendre une formation et obtenir une validation complète
  • Il peut refuser de valider le dossier du candidat

 

A lire aussi: 

 

Les avantages liés à l'utilisation du DIF

Comment utiliser son congé individuel de formation ?

 

Validation des acquis de l’expérience, formation professionnelle, démarche, VAE, diplôme
Les solutions de communication du mag FPP
Devenez annonceur sur le MAG FPP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité FPP
Abonnez vous à FPP
Rejoignez FPP sur Twitter
Abonnez-vous à FPP sur Google+