Opération séduction du Medef qui promet l’embauche de 100 000 apprentis en plus

Politiques de l'emploi et de la formation - Article - Mercredi, 16 Octobre - 15:54

Le Medef a fait 11 propositions pour réformer l’apprentissage en France, à travers le « pacte de l’alternance pour la jeunesse ». Le mouvement des entreprises de France promet l’embauche de 100 000 apprentis en plus d’ici 2018 à condition que le gouvernement adopte les mesures énumérées dans ce document publié le 15 octobre. Cette proposition pourrait permettre à François Hollande de tenir sa promesse de faire passer le nombre d’apprentis à 500 000 d’ici trois ans. Conscient que le chef de l’Etat s’est engagé en faveur de l’apprentissage, c’est un échange de bons procédés que propose le Medef. Cela permettrait au président de tenir sa promesse et à l’organisation patronale d’obtenir une réforme à son avantage.

 

Le Medef veut reprendre la main dans le domaine de l’apprentissage

 

Fortement inspiré de ce qui se fait en Allemagne, le Medef propose 11 mesures phares visant à réformer l’apprentissage en France. Lors d’une conférence de presse donnée à l’occasion de la publication du pacte de l’alternance pour la jeunesse, l’organisation patronale a rappelé les insuffisances du système actuel. Pour pallier aux problèmes, le Medef voudrait voir le gouvernement adopter ses propositions. Conscient des difficultés que pourrait représenter certaines de ces mesures, mais aussi de la nécessité pour le gouvernement de tenir les promesses faites par François Hollande en matière d’apprentissage, le Medef met sur la table la possibilité d’embaucher 100 000 apprentis en plus d’ici 2018, ce qui permettrait au chef de l’Etat d’atteindre ses objectifs.

 

Améliorer l’information et la communication autour de l’apprentissage

 

Les premières mesures proposées par le Medef restent très consensuelles. Il s’agit de travailler sur une plus grande communication autour des débouchés de l’alternance. L’organisation patronale souhaite que l’information autour de l’apprentissage circule mieux, mais aussi que des statistiques concernant l’insertion professionnelle après une période d’alternance soit à la porter des étudiants. En diffusant plus largement des informations sur ce mode de formation, le Medef estime qu’il sera plus facile de susciter des vocations.

 

D’autre part, il est également question de redorer le blason de l’apprentissage et notamment auprès des élèves de troisième. Cette étape de la scolarité est une période décisive quant à l’orientation des collégiens. Le Medef souhaite que l’apprentissage ne soit plus une voie secondaire mais plutôt une formation comme une autre.

 

Une plus grande ingérence dans le parcours de qualification

 

Le Medef veut prendre en main l’apprentissage et avoir un véritable rôle à jouer et ce tout au long du parcours de formation. C’est pourquoi, il propose que toute révision ou création d’un diplôme passe obligatoirement par une validation des branches professionnelles.

 

Toujours dans le même esprit, l’organisation patronale veut donner aux branches professionnelles la possibilité de créer ou de modifier elles-mêmes un diplôme. Le Medef veut donc un droit de regard ainsi que la possibilité de prendre des initiatives en matière de qualification.

 

Le mouvement des entreprises de France veut également mettre fin au contrôle qu’exerce le ministère de l’Education sur les parcours de formation et notamment sur la question des examens de fin d’année. C’est pourquoi le Medef propose d’instaurer et d’élargir à tous les CFA un contrôle en cour de formation. Il n’y aurait donc plus qu’un seul examen validant ou invalidant les acquis des apprentis, mais un examen sur toute l’année. Le Medef justifie cette proposition par le fait qu’elle permettra à des jeunes apprentis d’entrer tout au long de l’année en formation, et donc de supprimer le temps d’attente qui peut être parfois de plusieurs mois jusqu’à la rentrée.

 

Restreindre le champ d’action des régions en matière d’apprentissage

 

Si le Medef souhaite voir l’influence du ministère de l’Education se réduire, les régions sont aussi dans le collimateur du pacte de l’alternance pour la jeunesse. En effet, ce dernier propose que les régions ne soient plus seules à pouvoir définir la carte régionale de la formation professionnelle. Pour cela, il est question de mettre en place une procédure de codécision entre la région et les partenaires sociaux.

 

Une autre proposition vise à écarter les régions, notamment au moment de la création d’un CFA, à partir du moment où ce dernier serait entièrement financé par des entreprises et des branches professionnelles, la région ne pourrait pas s’opposer à l’ouverture d’un nouveau centre.

 

Réformer en profondeur le financement de l’apprentissage

 

Parmi les propositions faites autour de la réforme du financement, la question de la fusion entre la taxe d’apprentissage et la contribution au développement de l’apprentissage est sûrement celle qui va faire le plus parler. En effet, le Medef souhaiterait que ces deux taxes n’en deviennent plus qu’une.

 

Déjà évoquée précédemment la question du financement des CFA est aussi mise sur la table, puisque le Medef souhaite que les entreprises et les branches professionnelles puissent financer elles-mêmes des centres d’apprentis. D’autre part, il est question d’homogénéisé le mode de calcul du coût de formation par apprenti, et de moderniser la procédure d’habilitation des établissements et de suivi des versements de la taxe d’apprentissage.

 

Une réforme de l’apprentissage pour la fin de l’année

 

Le Medef a pris de court le gouvernement et les autres partenaires sociaux qui seront amenés à se pencher sur cette question d’ici la fin de l’année. Le gouvernement souhaite que ce mode de formation soit revu pour le rendre plus attractif et ainsi permettre de faire entrer plus de jeunes en apprentissage. François Hollande a déjà fixé un objectif de 500 000 apprentis en 2018. Le Medef propose donc au gouvernement une solution pour parvenir à son but mais cela au prix de l’adoption du pacte de l’alternance pour la jeunesse.

Apprentissage, Medef, pacte de l’alternance pour la jeunesse, 11 proposition, réforme de l’apprentissage
Les solutions de communication du mag FPP
Devenez annonceur sur le MAG FPP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité FPP
Abonnez vous à FPP
Rejoignez FPP sur Twitter
Abonnez-vous à FPP sur Google+