L’industrie ne parvient pas à trouver des soudeurs qualifiés

Les formations - Article - Mardi, 22 Octobre - 14:15

La multiplication des plans sociaux très médiatisés comme chez PSA ou Goodyear ainsi que la fermeture du site de Florange laissent à penser que l’industrie française est en voie d’extinction. Pourtant, voici de quoi revoir cette théorie. Certains métiers du secteur de l’industrie comme la soudure souffrent d’un manque cruel de main d’œuvre. Cette pénurie de personnels qualifiés marque une défaillance du système de la formation professionnelle qui ne propose pas suffisamment de stages pour former des personnes.

 

Un besoin de soudeurs pressant pour les entreprises

 

« Wanted : soudeurs qualifiés » voici comment pourrait se traduire la situation du secteur de l’industrie face au manque très important de soudeurs sur le territoire français. Plusieurs milliers de postes de soudeurs ne sont actuellement pas pourvus. L’Union des industries et des métiers de la Métallurgie estime qu’il manque 3 000 soudeurs qualifiés en France pour faire face aux besoins criants des entreprises. De son côté, le cabinet de recrutement Randstat fait doubler ce chiffre et annonce qu’il faudrait 6 000 soudeurs pour faire face à la demande.

 

Alors que les fermetures d’entreprises industrielles ne cessent de se multiplier ces derniers mois, de nombreux métiers éprouvent des difficultés à recruter du personnel qualifié. Et pourtant, l’industrie a besoin en urgence de soudeurs. Si l’exemple de la fermeture d’Arcelor Mittal donne au grand public l’impression que l’industrie est un secteur voué à disparaitre, les PME et certaines entreprises plus grandes se portent bien, mais ne parviennent pas à honorer leurs carnets de commandes, faute de main d’œuvre qualifié.    

 

Un exemple de plus du décalage entre formation et les besoins des entreprises

 

Le cas de la soudure met une fois de plus en lumière la défaillance du système de formation professionnelle face aux besoins du marché du travail. Il est possible d’identifier deux défaillances dans le système. La première remonte à 1988, lorsque le ministère de l’Education National a décidé de fermer le CAP soudeur. La seconde est beaucoup plus actuelle, puisqu’il s’agit du manque de formation. Trop peu de stages sont ouverts et notamment pour les demandeurs d’emploi. Le manque de structure et de stages proposés pour former au métier de soudeur ne fait qu’accroitre la pénurie de personnel qualifié.

 

Cette situation a conduit à ce que la soudure soit déclarée comme métier en tension et donc placé en bonne position dans le cadre du plan prioritaire de formation mis en place par le gouvernement.

 

Les places de formation au métier de soudeur s’arrachent

 

Les formations au métier de soudeur sont rares et pourtant les places de stages s’arrachent. En effet, les demandeurs d’emploi se bousculent aux portillons pour obtenir une place dans un centre de formation. Pour 11 places de formation sur une durée de quatre mois financées par le conseil régional de Rhône Alpes, l’Institut de soudure a recueilli pas moins de 300 candidatures.

 

Autant dire que pour les personnes sans emploi et à la recherche de formation le métier de la soudure est attractif. L’image de cette profession est loin d’être négative, et ce d’autant plus que les émoluments en début de carrière varient entre 10 et 15% au-dessus du smic, et que cette somme peu augmenter considérablement.

 

D’autre part, une formation au métier de la soudure est une assurance de trouver du travail rapidement. Selon l’Institut de la soudure 97% des personnes ayant suivies une formation ont effectué un retour à l’emploi. 

 

Réagissez à cet article sur Facebook: https://www.facebook.com/pages/Formation-Professionnelle-Paris/441209769323286

Formation professionnelle, soudeurs, industrie, manque de soudeurs qualifié, Union des industries et des métiers de la Métallurgie, métier en tension
Les solutions de communication du mag FPP
Devenez annonceur sur le MAG FPP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité FPP
Abonnez vous à FPP
Rejoignez FPP sur Twitter
Abonnez-vous à FPP sur Google+